Appel

Manifestation avortée ce mercredi 21 mars 2018

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Ce mercredi 21 mars 2018 devait se tenir la 3e édition de la manifestation « Logement pour toutes et tous ». L’événement a malheureusement été avorté en raison du déploiement d’un dispositif policier absolument disproportionné.

Les manifestant.e.s ont commencé à se rassembler vers 18h place Bara. Plusieurs centaines de policiers équipés d’un arsenal anti-émeutes les attendaient (Des dizaines de policiers en civils, des centaines de policiers en uniforme ou casqués, des dizaines de camionnettes, un camion anti-émeute).

A 18h03, des officiers de police se sont approchés en brandissant un arrêté du bourgmestre (Zone de police : Anderlecht, Saint-Gilles, Forest.) interdisant la tenue de la manifestation et ordonnant aux quelques 30-40 personnes déjà présentes de quitter la place. A 18h06, une quinzaine de personnes était cernée et arrêtée par les forces de l’ordre. Quelques minutes plus tard, c’est une dizaine de musiciens qui s’est retrouvée encerclée, « colsonée » et agenouillée à proximité de la gare de midi par une trentaine de robocop. Des policiers se sont ensuite employés à pourchasser les personnes qui s’étaient dispersées (tout autour et jusque dans le parc de la porte de Hal), leur ordonnant de ne plus circuler à plus de 2 personnes et leur interdisant de filmer. Au total, 23 personnes ont été arrêtées et emmenées au commissariat principal d’Anderlecht. Elles ont ensuite été relâchées une par une au cours de la soirée.

Les manifestant.e.s désiraient se rassembler dans le but de revendiquer le droit à chacun.e de disposer d’un espace de vie digne et financièrement abordable :

  • Parce que la crise du logement ne peut être ignorée. Il y aurait entre 15 000 et 30 000 logements vides à Bruxelles, alors qu’on dénombre environ 4 000 personnes sans-abri. 40 000 ménages sont inscrits sur liste d’attente pour un logement social, les délais d’obtention variant entre 8 et 12 ans. Enfin, les loyers sur le marché privé n’ont cessé d’augmenter ces dernières années. Résultat : les ménages dont les revenus ne dépassent pas 1500 € doivent en moyenne réserver 60% de leur budget au loyer.

  • Parce que, malgré ce contexte, le gouvernement a fait passer une loi criminalisant le squat, qui fait risquer la prison ferme aux personnes qui occupent un bâtiment pour se loger.

  • Parce que pour faire face à la crise, des solutions applicables existent (droit de réquisition, droit de gestion publique,…) ou ont été proposées incessamment par des associations pour le droit au logement (augmentation conséquente du nombre de logements sociaux, encadrement des loyers…). Pourtant, aucune décision politique forte n’est prise pour faire respecter ce droit fondamental.

L’impressionnant dispositif policier déployé ce mercredi 21 mars afin d’empêcher quelques personnes de se rassembler pour réaffirmer la radicalité du droit au logement pour toutes et tous vient s’ajouter à la série d’actions répressives de ces derniers-mois (criminalisation des sans-papiers et des individus qui leur sont solidaires, violences policières, installation de caméras de surveillance dans les rues, constante présence policière et militaire dans l’espace public…). Ces démonstrations de force sont d’autant plus inquiétantes lorsqu’elles visent à faire taire les luttes pour les droits humains des plus précaires.

Ces intimidations censées nous pousser à quémander auprès des « autorités » le droit à manifester, vont au contraire nous pousser à mieux nous organiser pour la suite… Nous ne lâcherons rien tant qu’il restera des bâtiments vides murés en plein hiver alors que des gens dorment dans la rue ; tant qu’ils feront pousser comme des champignons des ilots de luxe au milieu des quartiers pauvres tandis que les plus démunis croupissent sur les listes d’attentes des logements sociaux pendant 10 ans ; tant qu’ils édicteront des lois criminalisant le fait de chercher un toit pour s’abriter…

On continue à squatter, on continue à lutter !

Les manifestant.e.s du 21 mars

NL

« Een dak voor iedereen (en tegen de anti-kraak wet)”

Afgevoerde betoging 21 maart 2018

Deze woensdag, 21 maart 2018 ging de 3de editie plaatsvinden van de betoging “Een dak voor iedereen (en tegen de anti-kraak wet)”. Voor deze betoging van start kon gaan werden de eerste aanwezigen door een buiten proportionele politie aanwezigheid opgewacht en vervolgens opgepakt.

De manifestanten kwamen samen om 18u op het Bara Plein. Honderden politieagenten in robocop-outfit stonden hen op te wachten. Om 18:03 benaderden agenten de groep betogers met een decreet van de burgemeester die het houden van de demonstratie verbood en de aanwezigheid beval van zo’n 30-40 aanwezigen om het Bara plein te verlaten. Om 18:06 werden ongeveer vijftien mensen omringd door de politie en opgepakt. Een paar minuten later bevonden zich een tiental muzikanten in de buurt van het zuidstation, zij werden omsingeld door 30-tal robocops, ook zij werden opgepakt. Vervolgens ging de politie op jacht naar mensen die zich hadden verspreid (rondom de Hallepoort), ook zij kregen het bevel om te stoppen met circuleren met meer dan 2 mensen en verboden hen om te filmen. In totaal werden 23 mensen gearresteerd en naar het hoofdbureau van de Anderlecht gebracht. Ze werden dezelfde avond één voor één vrijgelaten.

De manifestanten wilden samenkomen om het recht op een waardige en betaalbare leefruimte te claimen:

  • Omdat we de woningcrisis niet zomaar aan ons mogen laten voorbijgaan. In Brussel staan er momenteel tussen de 15.000 en de 30.000 woningen leeg. Dit terwijl er ongeveer 4.000 mensen dakloos zijn en er 40.000 families op de wachtlijst staan voor een sociale woning, waarvan de gemiddelde wachttijd 8 tot 12 jaar betreft. Bovendien blijven de huurprijzen binnen de de private vastgoedmarkt maar stijgen. Resultaat? Huishoudens met een inkomen lager dan 1500€ investeren noodgedwongen 60% van hun budget in de huur van hun woning.

  • Omdat, ondanks deze context, de overheid een nieuwe anti-kraak wet heeft laten goedkeuren waardoor mensen een gevangenisstraf riskeren indien ze een gebouw bezetten om er te wonen.

  • Omdat de haalbare oplossingen reeds bestaan (Het openbaar beheersrecht, …) of zijn voorgesteld door verenigingen voor het recht op wonen (omkadering van huurprijzen, verhoging in het aantal sociale woningen, etc…). De overheden weigeren ze toe te passen.

Het indrukwekkende aantal politieagenten dat op woensdag 21 maart werd ingezet past binnen de reeks repressieve acties van de afgelopen maanden (criminalisering van mensen zonder papieren en personen die solidair met hen zijn, politiegeweld, installatie van bewakingscamera’s op straat, voortdurende politie en militaire aanwezigheid in de openbare ruimte …). Deze krachtsdemonstraties zijn des te verontrustender wanneer ze de strijd voor de meest onzekere mensenrechten tot zwijgen willen brengen.

Deze intimidaties, bedoelt om ons te laten smeken bij de “autoriteiten” om het het recht op betogen toe te passen, werken omgekeerd. Ze zorgen er enkel voor dat we ons beter zullen organiseren in de toekomst… We zullen niets loslaten zolang er leegstaande gebouwen zijn terwijl er mensen, zelfs tijdens de winter, op de straat slapen; zolang ze luxueuze eilanden in het midden van arme wijken zullen bouwen terwijl de armste mensen wegkwijnen op wachtlijsten voor sociale woningen gedurende 10 jaar; zolang ze wetten uitvaardigen die de zoektocht naar een dak om te schuilen criminaliseren …

Kraken gaat door, de strijd gaat door !

De manifestanten van 21 maart

1 Des dizaines de policiers en civils, des centaines de policiers en uniforme ou casqués, des dizaines de camionnettes, un camion anti-émeute.

2 Zone de police : Anderlecht, Saint-Gilles, Forest.

OCCUPONS LA RUE CONTRE LA PRÉCARITÉ ET LA CRIMINALISATION DU SQUAT!

21 mars, 18h place Bara (bxl),

NL beneden

Parce que la crise du logement ne peut pas être ignorée. Il y aurait entre 15 000 et 30 000 logements vides à Bruxelles, alors qu’on dénombre environ 4 000 personnes sans-abri. 40 000 personnes sont inscrites sur liste d’attente pour un logement social, les délais d’obtention variant entre 8 et 12 ans. Enfin, les loyers sur le marché privé n’ont cessé d’augmenter ces dernières années. Résultat : les ménages dont les revenus ne dépassent pas 1500 € doivent en moyenne réserver 60% de leur budget au loyer.

Parce que, malgré ce contexte, le gouvernement a fait passer une loi anti-squat, qui fait risquer la prison ferme aux personnes qui occupent un bâtiment pour se loger.

Parce que cette loi apparait dans un mouvement de répression générale : la constante criminalisation des sans-papiers et des individus qui leur sont solidaires, l’installation de caméras de surveillance dans les rues, la présence policière et militaire dans l’espace public sont autant d’indices d’une volonté de contrôle globale.

Parce que des solutions applicables existent (droit de réquisition, droit de gestion publique,…) ou ont été proposées incessamment par des associations pour le droit au logement (augmentation conséquente du nombre de logements sociaux, encadrement des loyers…).

Les autorités refusent de les appliquer. Quant à nous, on continue à squatter, on continue à manifester !

Pour que la manif soit agréable pour tout-e-s les participant-e-s, prenons soin les un-e-s et évitons les comportements inconscients ou oppressifs.

Waarom betogen?

21 maart, Bara plein (Brussel)

Omdat we de woningcrisis niet zomaar aan ons mogen laten voorbijgaan.

In Brussel staan er momenteel tussen de 15.000 en de 30.000 woningen leeg. Dit terwijl er ongeveer 4.000 mensen dakloos zijn en er 40.000 mensen op de wachtlijst staan voor een sociale woning, waarvan de gemiddelde wachttijd 8 tot 12 jaar betreft. Bovendien blijven de huurprijzen binnen de de private vastgoedmarkt maar stijgen. Resultaat? Huishoudens met een inkomen lager dan 1500€ investeren noodgedwongen 60% van hun budget in de huur van hun woning.

Omdat, ondanks deze context, de overheid een nieuwe anti-kraak wet heeft laten goedkeuren waardoor mensen een gevangenisstraf riskeren indien ze een gebouw bezetten om er te wonen.

Omdat deze wet kadert in een grotere beweging: de voortdurende criminalisering van mensen zonder papieren en zelfs zij die solidair zijn met hen, de installatie van toezichtcamera’s in de straten, de aanwezigheid van militairen en politie in de publieke ruimte… Dit zijn allemaal voorbeelden van een constant streven naar totale controle.

Omdat de haalbare oplossingen reeds bestaan (Het openbaar beheersrecht, …) of zijn voorgesteld door verenigingen voor het recht op wonen (omkadering van huurprijzen, verhoging in het aantal sociale woningen, etc…). De overheden weigeren om deze wetten toe te passen.

Aan ons om verder te blijven kraken, verder te manifesteren!

Zodat de betoging aangenaam is voor alle deelnemers, zorg voor elkaar en vermijd onverantwoord of agressief gedrag.

 

 

-> SIGNEZ LA PETITION ICI ! / TEKEN DEZE PETITIE HIER ! <


Voir le communiqué de la manifestation du 1er novembre contre la loi anti-squat


Pour continuer la lutte, rendez-vous le mercredi 1er novembre place du jeu de balle à 17h.

La loi anti-squat a été votée ce 5 octobre à la chambre des « représentants ». Cette loi visant à criminaliser l’occupation d’immeubles ou d’habitations vides permettra des peines allant de 15 jours à 2 ans d’emprisonnement et une amende variant entre 26 et 300 euros. Elle supprime aussi l’inviolabilité du domicile de fait qui protégeait jusqu’alors les occupant.e.s du squat d’interventions arbitraires de la part des propriétaires ou des forces de (leur) ordre. Le nombre de personnes à la rue ou dans la précarité allant croissant, squatter quelques-uns des 80 000 logements vides représente souvent pour elles une ultime voire une unique solution. Le gouvernement a donc trouvé une solution à la « crise » du logement ; les pauvres n’auront qu’à aller dormir en prison !
Face à la répression, des squatteuses et squatteurs de Bruxelles et d’ailleurs sont déjà organisé.e.s pour tenir tête à la volonté ferme et acharnée de s’attaquer à nos lieux de vie. Plusieurs mobilisations, actions et interpellations ont déjà eu lieu. Par ailleurs, nous avons d’ores et déjà remis un avis d’expulsion au Ministère de la Justice, le palais royal et les Beaux-arts furent occupés ou perturbés, des manifs sauvages ont animé nos rues, des détournements de publicités et des évènements publics pour sensibiliser ou informer la population sur ce que le milieu squat et les humains qui le composent sont vraiment. Nous sommes bien loin des représentations médiatiques et judiciaires visant à nous faire passer pour la pire vermine.

En réponse à la radicalisation du gouvernement nous appelons a une intensification et une radicalisation de la lutte contre la loi anti squat, contre les expulsions, pour un logement pour toutes et tous ! Qu’ils nous mettent hors la loi ne nous empêchera pas d’occuper les maisons vides.

Nous nous réunirons le 1ER novembre pour une quatrième manifestation place du jeu de balle à 17h.


Non à la richocratie !

Il ne manquait plus que ça. On apprend que la bande à Michel s’apprête à faire voter en septembre une loi, d’ores et déjà approuvée en première lecture, selon laquelle les squatteurs-squatteuses seront désormais passibles de prison ferme.

Ainsi donc, après les expulsions massives du chômage, couplées à de nouveaux contrats d’emploi toujours plus précaires, après les coupes dans les aides aux associations de quartiers et dans les subventions aux soins de santé, après la répression de plus en plus violente de la contestation sociale , après l’intensification de la chasse aux personnes sans papiers, le gouvernement, de mèche avec les parasites privilégiés (spéculateurs immobiliers, big boss, lobbies), parachève en beauté sa criminalisation de la précarité en s’attaquant cyniquement à ceux qui occupent des bâtiments à l’abandon.

Autrement dit, c’est à l’heure même où les pires crapules, après avoir profité de leur mandat public pour puiser à la louche dans les caisses de la communauté, quittant la scène avec des indemnités de départ de 300 000 euros, qu’on décide de punir de peine de prison les sans-abris, à la recherche d’un toit, dans une Bruxelles constellées de logements vides (15 000 selon les dernières estimations).

Les droits sociaux et la lutte qui les a engendrés sont, dans le discours officiel, des éléments dont la Belgique aime se vanter. Force est de constater qu’ils sont en train d’être détricotés un a un pour laisser place à la volonté irresponsable des faiseurs de profit.

Nous appelons donc à une semaine d’action partout en Belgique, contre la loi anti-squat et plus largement contre la criminalisation de la pauvreté et la glorification des entreprises destructrices de vie, de planète et de liberté.

Non à la richocratie ! Cette semaine commencera le 9 septembre 2017 avec un rassemblement à 17 h place du jeu de balle, 1000 BXL

Tout passe, tout lasse sauf la lutte des classes !

 

weg met de rijken aan de macht

Dit ontbrak er nog aan: Michel en zijn olijke bende wil in september een wet laten stemmen, die al is goedgekeurd bij een eerste lezing in het parlement.  Deze wet zal het kraken (bezetten van leegstaande panden zonder expliciete toestemming van de eigenaar) strafbaar maken met een effectieve gevangenisstraf.  we zien dus dat na de massale uitsluitingen uit de werkloosheid, de groei in nieuwe -erg precaire- arbeidscontracten, het snoeien in subsidies voor buurtwerking en gezondheidszorg, de toenemende repressie tegen sociaal protest, de jacht op en uitsluiting van sans-papiers, de regering weer de kant kiest van de bevoorrechte parasieten (immo-speculanten, de grote bazen, de machtige lobby’s,…) en zijn criminalisatie van de armoede verderzet door mensen aan te vallen die verlaten panden bezet.
Met andere woorden: op dit eigenste moment, wanneer het crapuul zijn betaalde publieke mandaten gebruikt om de kas van de gemeenschap leeg te roven (opzegpremies van 300 000 euro) verkiest men om daklozen op zoek naar een onderdak in de gevangenis te stoppen, en dat terwijl Brussel barst van de leegstaande woningen (15 000 volgens recente schattingen )

Sociale rechten en de strijd waarmee we deze rechten verworven hebben zijn voor Belgie officieel verwezenlijkingen waar we graag mee uitpakken.  We moeten echter vasstellen dat de afbraak hard bezig is en dat enkel de wil van profiteurs telt.. .

Wij roepen op tot een actieweek overal in Belgie, Een actieweek gericht tegen de anti-kraak wet en tegen de criminalisering van armoede en de verafgoding van de economie en de bedrijven die ons leven, onze planeet en onze vrijheid bedreigen.

Geen macht voor de rijken !
De actieweek begint op 9 september 2017 met een bijeenkomt om 17u op het Vossenplein in de Marollen, 1000 BXL.
Alles gaat voorbij, alles vermoeit ons, uitgenomen de klassenstrijd!