Appel

-> SIGNEZ LA PETITION ICI ! / TEKEN DEZE PETITIE HIER ! <


Voir le communiqué de la manifestation du 1er novembre contre la loi anti-squat


Pour continuer la lutte, rendez-vous le mercredi 1er novembre place du jeu de balle à 17h.

La loi anti-squat a été votée ce 5 octobre à la chambre des « représentants ». Cette loi visant à criminaliser l’occupation d’immeubles ou d’habitations vides permettra des peines allant de 15 jours à 2 ans d’emprisonnement et une amende variant entre 26 et 300 euros. Elle supprime aussi l’inviolabilité du domicile de fait qui protégeait jusqu’alors les occupant.e.s du squat d’interventions arbitraires de la part des propriétaires ou des forces de (leur) ordre. Le nombre de personnes à la rue ou dans la précarité allant croissant, squatter quelques-uns des 80 000 logements vides représente souvent pour elles une ultime voire une unique solution. Le gouvernement a donc trouvé une solution à la « crise » du logement ; les pauvres n’auront qu’à aller dormir en prison !
Face à la répression, des squatteuses et squatteurs de Bruxelles et d’ailleurs sont déjà organisé.e.s pour tenir tête à la volonté ferme et acharnée de s’attaquer à nos lieux de vie. Plusieurs mobilisations, actions et interpellations ont déjà eu lieu. Par ailleurs, nous avons d’ores et déjà remis un avis d’expulsion au Ministère de la Justice, le palais royal et les Beaux-arts furent occupés ou perturbés, des manifs sauvages ont animé nos rues, des détournements de publicités et des évènements publics pour sensibiliser ou informer la population sur ce que le milieu squat et les humains qui le composent sont vraiment. Nous sommes bien loin des représentations médiatiques et judiciaires visant à nous faire passer pour la pire vermine.

En réponse à la radicalisation du gouvernement nous appelons a une intensification et une radicalisation de la lutte contre la loi anti squat, contre les expulsions, pour un logement pour toutes et tous ! Qu’ils nous mettent hors la loi ne nous empêchera pas d’occuper les maisons vides.

Nous nous réunirons le 1ER novembre pour une quatrième manifestation place du jeu de balle à 17h.


Non à la richocratie !

Il ne manquait plus que ça. On apprend que la bande à Michel s’apprête à faire voter en septembre une loi, d’ores et déjà approuvée en première lecture, selon laquelle les squatteurs-squatteuses seront désormais passibles de prison ferme.

Ainsi donc, après les expulsions massives du chômage, couplées à de nouveaux contrats d’emploi toujours plus précaires, après les coupes dans les aides aux associations de quartiers et dans les subventions aux soins de santé, après la répression de plus en plus violente de la contestation sociale , après l’intensification de la chasse aux personnes sans papiers, le gouvernement, de mèche avec les parasites privilégiés (spéculateurs immobiliers, big boss, lobbies), parachève en beauté sa criminalisation de la précarité en s’attaquant cyniquement à ceux qui occupent des bâtiments à l’abandon.

Autrement dit, c’est à l’heure même où les pires crapules, après avoir profité de leur mandat public pour puiser à la louche dans les caisses de la communauté, quittant la scène avec des indemnités de départ de 300 000 euros, qu’on décide de punir de peine de prison les sans-abris, à la recherche d’un toit, dans une Bruxelles constellées de logements vides (15 000 selon les dernières estimations).

Les droits sociaux et la lutte qui les a engendrés sont, dans le discours officiel, des éléments dont la Belgique aime se vanter. Force est de constater qu’ils sont en train d’être détricotés un a un pour laisser place à la volonté irresponsable des faiseurs de profit.

Nous appelons donc à une semaine d’action partout en Belgique, contre la loi anti-squat et plus largement contre la criminalisation de la pauvreté et la glorification des entreprises destructrices de vie, de planète et de liberté.

Non à la richocratie ! Cette semaine commencera le 9 septembre 2017 avec un rassemblement à 17 h place du jeu de balle, 1000 BXL

Tout passe, tout lasse sauf la lutte des classes !

 

weg met de rijken aan de macht

Dit ontbrak er nog aan: Michel en zijn olijke bende wil in september een wet laten stemmen, die al is goedgekeurd bij een eerste lezing in het parlement.  Deze wet zal het kraken (bezetten van leegstaande panden zonder expliciete toestemming van de eigenaar) strafbaar maken met een effectieve gevangenisstraf.  we zien dus dat na de massale uitsluitingen uit de werkloosheid, de groei in nieuwe -erg precaire- arbeidscontracten, het snoeien in subsidies voor buurtwerking en gezondheidszorg, de toenemende repressie tegen sociaal protest, de jacht op en uitsluiting van sans-papiers, de regering weer de kant kiest van de bevoorrechte parasieten (immo-speculanten, de grote bazen, de machtige lobby’s,…) en zijn criminalisatie van de armoede verderzet door mensen aan te vallen die verlaten panden bezet.
Met andere woorden: op dit eigenste moment, wanneer het crapuul zijn betaalde publieke mandaten gebruikt om de kas van de gemeenschap leeg te roven (opzegpremies van 300 000 euro) verkiest men om daklozen op zoek naar een onderdak in de gevangenis te stoppen, en dat terwijl Brussel barst van de leegstaande woningen (15 000 volgens recente schattingen )

Sociale rechten en de strijd waarmee we deze rechten verworven hebben zijn voor Belgie officieel verwezenlijkingen waar we graag mee uitpakken.  We moeten echter vasstellen dat de afbraak hard bezig is en dat enkel de wil van profiteurs telt.. .

Wij roepen op tot een actieweek overal in Belgie, Een actieweek gericht tegen de anti-kraak wet en tegen de criminalisering van armoede en de verafgoding van de economie en de bedrijven die ons leven, onze planeet en onze vrijheid bedreigen.

Geen macht voor de rijken !
De actieweek begint op 9 september 2017 met een bijeenkomt om 17u op het Vossenplein in de Marollen, 1000 BXL.
Alles gaat voorbij, alles vermoeit ons, uitgenomen de klassenstrijd!